Savoir faire

Notre savoir-faire

Émailleur sur lave

Un savoir-faire vieux de plusieurs siècles

L’émailleur sur lave pratique l’émaillage, technique qui permet de recouvrir un support d’une couche vitreuse ; les pigments sont fixés au support par une cuisson à une température proche des 960 °C. La lave est le seul type de pierre qui supporte l’émaillage.

Ce savoir faire ancestral, vieux de plusieurs siècles est aujourd’hui reconnu comme métier d’art, à mi-chemin entre les arts du travail de la pierre et les arts du feu. Derrière la rigueur et la minutie qu’impose l’émaillage sur lave, le secret de ce métier est sans nul doute « la passion ».

Les réalisations de nombreux émailleurs sur lave ont traversé les siècles. Des réalisations singulières aux plus spectaculaires ; chacune d’elles nous raconte un morceau d’histoire nous laissant stupéfait par sa beauté conservée.

La lave émaillée

 

histoire

La chaîne des volcans d’Auvergne est constituée de plus de 80 volcans aujourd’hui éteints. En éruption il y a des milliers d’années, les coulées de lave sont venues combler nos vallées, la plus connue étant la vallée de Volvic. C’est Guettard, naturaliste parisien qui est le premier à reconnaître la nature volcanique de la pierre de Volvic en 1752.

Mais bien avant, au milieu du XIIe siècle, des moines ouvrirent des carrières souterraines dans cette coulée de lave. Une partie de la pierre extraite a été utilisée en 1248 pour la construction de la cathédrale de Clermont-Fd, chef d’oeuvre de l’art gothique, qui n’a jamais eu besoin d’être restauré jusqu’à présent !

L’histoire nous apprend également que la première tentative d’émaillage sur cette pierre volcanique date de 1827. Aujourd’hui, cette dernière est extraite en carrières à ciel ouvert, elle se taille, se sculpte, se grave et … s’émaille !

découverte

Bref retour sur sa découverte :
1791, Premier brevet d’émaillage de pierres par Louis François Ollivier.
Dès 1822, emploi de la lave de Volvic à Paris grâce à Chabrol de Volvic. Emaillage du verre et de la lave par L.Luton. Travaux sur l’émaillage par Dutrieux.
25 août 1824, pose de la première pierre de l’église St Vincent de Paul à Paris.Emaillage d’un carreau de Domite par Barruel (laboratoire de la Sorbonne).
1ère peinture en émail sur lave par Ferdinand Mortelecque : une tête de vieillard.
– 1828, décision d’adopter la lave émaillée pour les plaques de rue de Paris.
Premier marché de plaques de rue pour Paris attribué à l’entreprise Hachette, qui s’associera plus tard à Brosson.
1833, projet de décor polychrome en lave émaillée pour l’église St Vincent de Paul à Paris, par Hittorff.
2 février 1860, fin de la pose du décor en lave émaillée de St Vincent de Paul.

évolution

Au fil des années, la lave émaillée a connu de nombreuses utilisations : en fresques artistiques et décoratives sur les murs des églises, en habillage de façades comme les merveilles de la Samaritaine, en signalétique comme les plaques de rues de Paris, ou les bornes Michelin, ou encore en tables d’orientation dominant les plus beaux sites.

Aujourd’hui, la lave émaillée associe esthétisme, fonctionnalité et technicité, autant d’atouts qui lui valident son entrée dans le haut de gamme. Grâce à ses nombreuses caractéristiques, la lave émaillée répond présente dans de nombreux secteurs tels que l’agencement d’intérieur, la décoration, la création de mobilier…

Elle se façonne en plan de travail dans une cuisine, en vasque massive dans une salle de bain, en plateaux de table dans les grands hôtels-restaurants, en une pièce unique et design…

caractéristiques

– Haute résistance aux taches et aux produits chimiques
– Haute résistance aux rayures
– Haute résistance au gel
– Haute résistance à la chaleur
– Haute résistance aux UV la couleur ne varie pas dans le temps
– Utilisation intérieur / extérieur
– Très hygiénique ne retient pas les bactéries
– Très facile d’entretien Laver avec une éponge ou un chiffon

utiliser du savon, produit multi-surfaces, vinaigre blanc,
alcool ménager

signature

Les fines craquelures de surface, appelé « tressaillage », sont une caractéristique inhérente à l’émail. Cet aspect est plus ou moins visible sur les différentes couleurs. Il ne peut être invisible mais peut être accentué.

Le tressaillage se crée après la cuisson, au moment du refroidissement. L’émail ayant un coefficient de dilatation supérieur à celui de la lave, la différence de rétraction entraîne l’apparition de ces fines craquelures.

Le tressaillage est la signature de la lave émaillée.

Sélectionner

Tout part d’un croquis, d’un plan, d’un projet à réaliser.

Le chemin se poursuit dans une des carrières au pied de nos volcans d’Auvergne.

Chaque coulée de lave possède une teinte, une texture, une porosité qui lui est propre.

Les coulées du Puy de la Nugère ont donné naissance à la lave de Volvic, celles du Puy de Sancy à la lave de Mont Dore et le Puy de Dôme et de Côme à la lave de chambois.

Toutes ces laves, bien que différentes, offrent les mêmes caractéristiques techniques que possède la pierre de lave ; les principales étant la haute résistante aux variations aussi bien thermiques, que météorologiques et atmosphériques.

Après avoir sélectionné le type de lave approprié au projet, des blocs sont extraits puis acheminés en atelier d’usinage au pied du puy de Dôme, pour commencer à la façonner, l’usiner, la sculpter…

Sculpter

La lave arrive en bloc.

 

Après une première ébauche au fil, un débit de tranches est réalisé selon l’épaisseur souhaitée pour le projet.

 

La pierre est ensuite modelée jusqu’à la réalisation de la pièce désirée. Le façonnage peut être réalisé par CN (commande numérique) ou de manière manuelle, tout dépend de la complexité de la pièce.

 

L’association des machines et de la main de l’homme permet de réaliser des pièces d’une grande précision, avec des finitions tout en finesse où les méthodes artisanales font la différence.

Émailler

La pierre façonnée ; Le travail sur la lave peut commencer…

*Préparation de la pierre pour l’émaillage – Après un lavage des plus méticuleux, un temps de séchage est obligatoire. Ensuite l’engobe est appliqué sur la totalité de la surface à émailler (application nécessaire pour un émaillage parfaitement lisse et uniforme.) De nouveau, Un temps de séchage s’impose.

*La cuisson [phase 1] – son temps peut varier entre 6 à 12h en fonction des pièces à cuire. Pièce massive, émaillage spécifique etc…

*L’émaillage de la lave – Après une préparation minutieuse de la couleur, place au pistolet, à la burette, au pinceau ! Une gestuelle, une technique qui s’acquièrent au fil des projets, au fil des années.

*La cuisson [phase 2] – de nouveau une cuisson est nécessaire afin de fusionner l’émail et la lave. les temps de cuisson peuvent varier, mais également les courbes de températures.

*Contrôle qualité – après chaque cuisson, les pièces sont scrutées, afin de vérifier la qualité de la pièce finie. Si besoin, un émaillage complémentaire ainsi qu’une cuisson supplémentaire sont réalisés afin de rectifier les imperfections.

En bref

Un projet volcanique, c’est

 

Une éruption d’idées

Une coulée de lave

Une explosion d’émaux

Une fusion intense

Une réalisation unique

Des réalisations haut de gamme

Alliant savoir-faire artisanal, matière naturelle, haute technicité, sensibilité du détail… Nos réalisations ont fait leur place dans le haut de gamme

tradition pierre :

de la réactivité de l'adaptabilité du professionnalisme du savoir-faire de la passion

La pierre de lave

Noble et naturelle

La lave émaillée

Atouts techniques

Les pièces

Personnalisées et uniques

Les réalisations

Françaises et sur mesure

L'émaillage

Ancestral et artisanal

La technicité

Méthodologie et expertise

Les émaux

De qualité et certifiés

Les finitions

Soignées, minutieuses

nos projets

 

Pin It on Pinterest